Vaqui un tèxte mandat a la Setmana lo 5 d'abrial darrièr en responsa d'una sollicitacion de Lois Rousse a prepaus del tract que foguèt distribuit a la manifestacion de Besièrs : Nous ne revendiquons rien.

 

Bésiers

 foto de la manif de Besièrs panada a Méla

Una lectura del tract : Reivindicam pas res

 

Ai recebut uèi  4 d'abrial 2007 un mail mandat per Lois Rousse que ditz, exactament (aquò es un copiar-pegar) :

 

Amics,
Ce serait bien, si, dans les débats occitanistes qui suivent la manif de Béziers, vous faisiez savoir, en quelques lignes, ce que vous avez pensé du tracts (nous ne revendiquons rien) . Pour ouvrir.
Merci.
Claude Sicre
Ci-joint le tract
Courriel de la setmana
vistedit@wanadoo.fr

 

Es pauc de dire qu’aquel messatge es pron cavalièr, se pòdi dire ! Se vei plan que lo Sicre a pas de temps a perdre : un « amics » generic, una demanda formulada d’un biais estranh (« seriá plan... », mais perque e per qual ?), l’adrèça electronica de la Setmana en PS... donca aquò vòl dire : « seriá plan de mandar a la Setmana vòstre vejaire sul prospèctus Reivindicam pas res... » (tract que traparètz aquí dejós). Es pas une invitacion a discutir (sufís pas de botar un « per dubrir » enigmatic), mas a parlar del prospèctus dins la Setmana. Soi un occitaniste obedient e farai aital.

Ièu n’ai deja parlat un bocin dins mon blòg, per dire qu’aquel eslògan me semblava a l’imatge de la manifestacion : un acte d’autoafirmacion joiós e sobeiran de la lenga e de la cultura occitanas. Diguèri tanben qu’èra « irritant ». Irritant, perque :

1- aquèla auto-afirmacion se pòt pas far (solament) en francés. De mai en mai, l’occitan s’afirma esclusivament, ò quasi, en francés. Es renonciar, de fach, a la lenga per la portar melhor, la far coneisser, etc. Aquò me sembla completament contradictòri. L’occitan, es a dire sa sola evocacion / invocacion ven un mejan per se far una plaça dins l’espaci de la cultura esclusivament francofòna. O disi pas per los Fabulos (lo grop), que cantan e bolegan encara en occitan, mas es una tendéncia, que me sembla plan rapresentada per la Linha Imaginòt (la revista).

2- evidentament, la tòca d’aquela manifestacion era de portar de reivindicacions. La crida se faguèt sus un sòcle de reivindicacions culturalas esplicitas : ensegnament, ajuda a la lenga… e lo monde que faguèron lo trabalh per trobar de sostenhs encontrèron sovent de dificultats importantas, perque las reivindicacions justament semblavan tròp « radicalas » ( !) (subretot per la referéncia al desvolopament de l’usatge public de la lenga). De reivindicacions, n’avèm un fais per pas daissar crebar la lenga completament, e lo monde que participavan, normalament, eran d’accòrdi amb aquèla plata-forma (minimala, per dire la vertat).

3- lo prospectus es contradictòri, que ditz : « nous savons grâce à elle [la lenga/ cultura occitana] que l’approfondissement de la démocratie passe par la décentralisation et la pluralité culturelles ». Aquò es pas una reivindicacion ? Parla tanben de « langues maltraitées », a prepaus de l’occitan e d’autras lengas. I a donca forçadament la reivindicacion de pas mai mal-tractar la lenga (una reivindicacion que, o podèm dire, manja pas de pan).

4- l’atencion esclusiva a las « òbras » es completament irresponsabla (« donner, au peuple qui nous a tant appris, donner, au plus large public, les œuvres qu’ils méritent. Car c’est par nos œuvres, de toutes natures (y compris les manifestations de joie ) que nous convaincrons ces publics de venir partager ce que nous vivons », mas subretot, veire la prefacia de Sicre à La Revue des Deux Rives, Europe/Maghreb, n° 4, tanben dins lo darrièr n. de la Linha Imaginòt). Plan segur, las òbras son essencialas per balhar la desirança de la lenga, e la far viure. Mas demandi pardon de dire una causa tant triviala : per obrar, cal la materia, cal la lenga, e la prioritat de las prioritats es la transmission de la lenga parlada (disi plan parlada e non pas escrita, qu’aquò es totjorn secondari per la vida d’una lenga). Las òbras (musicalas, oralas, escritas, etc.) seguiran totjorn : i a pas de lenga sens òbras, mas sens lenga i a pas mai d’òbras (aquò s’apela una lapaliçada). Mas la quite distinccion entre lenga e òbra me sembla discutibla : perque i a un biais de considerar una lenga coma una òbra collectiva (quand disiaí « materia » per la lenga, de fach, m’enganavi), e un biais de veire las òbras coma de produccions naturalas de tota lenga. Aquela manièra de sanctifiar las òbras al mespres de la lenga pòrta a escanar la pola als uòus d’aur. Enfin, debèm pas doblidar que i a de lengas que se parlan pas mai, ò quasi pas mai, que son solament escritas, e que produsisson d’òbras subrebèlas : foguèt lo cas, longtemps, pel latin. Volèm pas que l’occitan venga un latin dels paures, abans de s’escafar completament. L’urgéncia es de trobar los mejans per la transmission orala de la lenga ; dins aquela transmission las òbras podon jogar un ròtle decisiu, mas sufison pas.

 

J. P. Cavalièr

 


Lo tract en question :

NOUS NE REVENDIQUONS RIEN.

Nous sommes là ; à Béziers, ce samedi 17 mars, avec d’autres, pour dire et montrer notre joie : celle de nous être intéressés à la langue et à la culture occitanes. Langue / culture occitane qui ,

- par sa situation et son histoire complexe, nous a obligé à réfléchir à ce qu’est une langue et une culture, nous a obligé à apprendre l’histoire de France telle qu’on ne l’enseigne pas ; ce qui nous a fait réfléchir à l’histoire en général et nous a donné des outils pour mieux comprendre le monde.

- nous a ouvert aux autres langues latines, aux autres langues maltraitées ; ce qui, du coup, nous a fait réfléchir aux langues, aux cultures, et aux peuples du monde entier.


- nous a donné une posture et une stratégie pour repenser et transformer la France : nous savons grâce à elle que l’approfondissement de la démocratie passe par la décentralisation et la pluralité culturelles.

- nous a offert un vaste champ d’expériences (musicales, littéraires, civiques, sociales …)

- a fait de nous, bref, des pionniers des temps modernes, là ou nous vivons.

Nous ne revendiquons rien !

Nous ne revendiquons rien car personne ne pourrait nous « donner » cette joie et cette intelligence que nous nous sommes forgés tous seuls, dans le maquis, contre les idéologies régnantes.

Nous ne revendiquons rien car nous avons, avec la langue et la culture occitanes , et l’expérience du maquis, tout ce qu’il nous faut pour continuer à être ces « pionniers ».

Enfin, nous ne revendiquons rien car c’est à nous de donner : donner , au peuple qui nous a tant appris, donner, au plus large public, les œuvres qu’ils méritent. Car c’est par nos œuvres, de toutes natures (y compris les manifestations de joie ) que nous convaincrons ces publics de venir partager ce que nous vivons :
la plus belle et la plus féconde des aventures intellectuelles, artistiques et humaines qui se puisse vivre ici et en ces temps. Et, n’en doutons pas : ces publics sauront bien, en passant, forcer les pouvoirs politiques et culturels à faire ce qu’ils doivent.


Carrefour culturel Arnaud Bernard, Escambiar
carrefourculturel@arnaud-bernard.net escambiar@free.fr


Tolosa