Claude Sicre soumet à notre analyse et à la discussion collective la présentation d'une action qui doit commencer le 10 juillet à Laguépie, dans le cadre de la 17e Université occitane. C'est cette démarche qui m'a convaincu de l'intérêt de publier sur ce blog, qui n'est pas dédié à l'information événementielle, le texte de présentation qui suit, ainsi que l'invitation aux stages de musique, chant et dance qu'il y organise avec l'association Lenga Viva. J'espère qu'il saura susciter votre intérêt et vos commentaires. J.P. C.

 

banniereoc-1

 

Universitat occitana de La Guépia

del 10 al 15 de julhet / du 10 au 15 juillet –

 

La 17e édition de l'Universitat occitane de Laguépie se tiendra cette année 2017 du 10 au 15 juillet.

Laguépie est une toute petite ville du Tarn-et Garonne au carrefour de quatre départements (Tarn-et-Garonne, Tarn, Aveyron, Lot ), au confluent de deux belles rivières (Aveyron, Viaur), pas loin de deux villes moyennes (Villefranche de Rouergue à 36 kilomètres, Albi à 40 km) entourée de petites villes médiévales (Cordes, St-Antonin,....) dans une région très rurale pas loin d'anciens sites industriels (Carmaux...).

A l'écart du tourisme de masse mais possédant de très beaux endroits de détente (vallées du Viaur et de l'Aveyron ) restés "sauvages", ayant su prendre le train d'une certaine modernité industrielle (l'usine traditionnelle de chaussures s'étant reconvertie dans la chaussure de sécurité, exportant dans le monde entier et employant 80 personnes qui vivent dans toute la région), Laguépie est une petite ville d'exception, très tranquille, à la fois près et loin de tout.

Ce caractère d'exception joue certainement sur le caractère de l'université occitane. Celle-ci -ci se caractérise en effet par une volonté de faire se rencontrer tous les contraires de façon systématique : public local et public des nouveaux habitants venus de loin (notamment les anglais, très nombreux à vivre dans les environs, mais aussi nord-américains, hollandais, etc) ou du nord de la France ; public populaire (cultivateurs, ouvriers, artisans,) et public très savant (nombreux intellectuels et artistes installés tout autour ou invités pour notre manifestation), visites de "stars " dans le cadre inchangé de la vie quotidienne et de ses réjouissances habituelles, études poussées (langues, musiques) se confrontant aux expériences de la tradition anonyme. Ambition d'aller très loin dans la réflexion et l'action culturelles en ne se coupant de personne, en gardant toujours le lien avec les préoccupations triviales des habitants.

Ambition exceptionnelle, donc, et réalisations à cette image.

Dans cette ambiance, la perspective occitaniste, qui est à la base de notre université, se transforme : confrontée en permanence à tout ce qui oublie la langue et la culture qu'elle veut promouvoir, elle exhume sans cesse les ressources cachées de ses trésors patrimoniaux comme réponses aux défis du temps, et elle s'efforce de les "théoriser" dans de longues conversations (nocturnes souvent, et souvent à table) toujours nourries des expériences en cours, ouvertes à tous les contradicteurs et aujourd'hui improbables ailleurs.

Illustration de nos propos avec le programme de cette année sur notre blog : http://www.lengaviva.com/.

 

Claude Sicre

 

Universitat occitana de La Guépia 2017 – del 10 al 15 de julhet

Stages exceptionnels musique, chant et danse à

Laguépie du 10 au 15 juillet 2017

---

Un stage pour les enfants

avec Aurélie Neuville (Bombes 2 Bal)

et

 trois stages pour adultes de musiques, chants et danses

avec Manu Théron, Papet J. (Massilia Sound System) et

le groupe de Paban das Bauls.

---

Il est temps, nous semble-t'il, de faire autre chose que de gentils stages pour la formation «désintéressée» de personnes visant leur développement individuel ou visant à rejoindre des chorales ou autres groupes amateurs. Ces stages ont leur utilité, leur fonction. Mais nous pensons qu'il faut aller plus loin. Viser à réinventer ici un " folklore "musical et chansonnier propre à reviscoler/créer cette vitalité de l'expression musicale populaire que nous admirons dans de nombreux ailleurs. En s'appuyant sur ce qui existe déjà (notamment les restes de la tradition orale occitane) mais aussi en s'ouvrant à d'autres formes extérieures qui nous paraissent possibles à adopter et à adapter à nos besoins et à nos ambitions.

 

Il est temps aussi, nous semble-t'il, de former des amateurs très éclairés (qui deviendront le public exigeant des professionnels), des semi-professionnels et de véritables professionnels de notre souhaitée culture (occitane, languedocienne), c'est-à-dire en phase profonde avec les populations locales, avec l'histoire, le patrimoine et le devenir désiré de ce pays. Parce qu'ils manquent. Parce que la relève aux grands mouvements des années 70, 80 et 90, et à leur expression musicale et chansonnière, se font attendre (même s'il y a beaucoup de promesses et de succès ponctuels), dans la rue comme sur les plus grandes scènes nationales et internationales.

 

Nous avons la prétention d'avoir des réponses - qui ne sont pas les seules, bien sûr - aux questions : que faire, comment ? Nos réponses. Qui ont parfois montré quelque réussite. Nous prétendons pouvoir apporter, aux aspirants pros, des pistes concernant les styles, le répertoire, l'esprit général capables de faire rayonner nos idées et nos façons dans le monde entier, dans la mesure où ces styles et cet esprit seront capables, en premier lieu, de réveiller chez nous, chez les populations au milieu desquelles nous vivons, le désir de se reconnaître dans ce que nous apporterons, d'y porter leur pierre, de s'y exprimer. Populations dans toute leur pluralité, de générations, d'horizons sociaux et culturels. En partant de ce qui est le plus ancré en profondeur et bien sûr le plus occulté par la culture dominante : la culture populaire de longue mémoire. Poser ainsi cette ambition offre un grand avantage : d'emblée cela éloignera les snobs.

Il est important aussi de former des amateurs éclairés. Parce que c'est un réservoir possible - ils seront plus nombreux - de futurs semi- pros ou pros, de gens pouvant juger intelligemment la scène professionnelle, pouvant attirer d'autres publics. Et bien sûr parce que ces styles se nourriront sans cesse de leurs apports multiples et pluriels, parce qu'ils seront partout dans la vie, grâce à eux. Pas de musique populaire sans amateurs. Pas de musique savante sans folklore. Nous avons décidé de commencer une série de stages dans ce sens, cette année à Laguépie ;

---

Stage « Attrapes »

en occitan, français régional et français méridional

enfants et ados

Cinq jours de stage du lundi 10/07 au vendredi 14/07 à Laguépie

« Permettez à vos enfants (et ados) à devenir des stars de la

musique populaire avec l'esprit civique et désintéressé qui

convient ! »

La vitalité d'une culture se mesure à sa possibilité d'intervenir, là où sont les gens (la rue, le marché, la manif, la plage, le bar, le repas d'anniversaire, la réu de copains, la fête de l'école, le camping, le pot de retraite, le barbecue entre voisins, etc etc) et à faire rire, pleurer, réfléchir, reprendre ou inventer un refrain, danser, en mêlant allègrement tous les domaines d'expression. À se faire voir quand elle est occultée. Sans attendre la bonne volonté des pouvoirs et les moyens qu'ils pourraient donner. Culture " populaire " par ces lieux, moments et formes d'expression, mais tout aussi "savante" par le degré d'élaboration qui préside à certaines de ses réalisations, et le degré de réflexion sur la démocratie qui sait l'amener dans la rue. Ce qui manque cruellement à notre pays.

 

Dans le but de former des jeunes (à partir de 7 ans) à cette culture de l'intervention tout terrain, nous avons résolu de monter une série de stages suivis qui s'adressent aux personnes partageant notre ambition et qui voudront devenir ses ambassadeurs. Les langues des paroles travaillées seront la langue d'oc et le français régional (pour repartir de la base, en faisant appel aux ressources de tous, en revisitant le folklore et en stimulant l'imagination populaire).

 

L'objectif précis et urgent est de réussir à avoir, à l'issue de chaque stage, des amateurs éclairés capables de jouer en public de leurs acquis et, à l'issue de la série de stages, de véritables professionnels ou semi-professionnels que nous pourrons faire jouer sur de nombreuses scènes (sur de grandes scènes régionales et nationales ainsi qu'à  la télévision, dans les radios, etc).

Ce tout nouveau stage s'attachera à explorer une forme oubliée (et neuve à  la fois) de cette expression populaire : les "attrapes", sortes de petits défis entre deux chanteurs/musiciens (pour des exemples, voir Le Quartier Enchantant - des nouvelles du QE - collection Actes Sud , et Les Comptines de la Récré, éditions Bayard) qui met en scène la parole rythmée (touchant au chant), le jeu du tambourin pour marquer la mesure et un exercice de mémoire, d'imagination et d'élocution.

 

Cinq jours, du lundi 10/07 au vendredi 14/07

Horaires : 10h-12h / 14h 30-16h 30

FormateursAurélie Neuville (Bombes 2 Bal), assistée d'Hélène Ossart et de Samira Pagnoux.

 

Le jeudi, intervention, pour les enfants et leurs / parents/ accompagnateurs, de Claude Sicre, initiateur du stage : considérations historiques, culturelles et techniques, présentations de vidéos, réponses aux questions, projets d'avenir, continuation du travail etc.

 

Travail d'écoute

Travail en langue occitane et en français régional

Travail sur l'élocution, sur la création, l'imagination et la mémoire

Travail sur le chant, le rythme

Travail sur la danse

Travail sur le tambourin

 

Nombre de places limité. Tarif 5 jours =  100€

 

Tous les détails sur le contenu et la méthode sur : www.lengaviva.comou : clementine.legaviva@laposte.net - 06 08 30 21 42

 Trois stages pour adultes de musiques, chants et danses

avec Manu Théron et Audrey Peinado,

Papet J. (Massilia Sound System)

 et le groupe de Paban das Bauls

Il y aura 3 stages l'après-midi (Manu Théron, Papet Jali, Les Bauls du Bengale) et chaque matin pendant deux heures avec Manu Théron , pour les stagiaires de l'après-midi qui le souhaitent, un atelier qui fera pratiquer les trois styles (chant polyphonique, ragga, et chant baul).

Les stagiaires de Manu Théron et de Papet Jali qui le souhaitent pourront participer à la restitution qui aura lieu le samedi soir pendant le bal, les stagiaires des Bauls pourront participer au concert des Bauls le vendredi soir à Laguépie et à celui des Bauls et de Manu Théron à l'Estivada de Rodez le samedi 22 juillet et éventuellement à d'autres concerts de Bauls qui suivront, dans les environs.

 

Cinq jours, du lundi 10/07 au vendredi 14/07

Horaires : 14h 30-18h30

Tarifs :

- Stage Papet J. / Poupa Greg = 150€*

- Stage Baul = 300€*

- Stage Manu Théron / Audrey Peinado = 150€

*Possibilités de tarifs réduits ou de tarifs de groupe.

 

Tous les détails sur le contenu et la méthode sur : www.lengaviva.com

ou : clementine.legaviva@laposte.net

 - 06 08 30 21 42 -