31 mars 2008

Commedie e comici toscani

Il teatro popolare amatoriale in lingua toscana (il cosiddetto “vernacolo”) è tuttora di una gran vitalità, seppure non c’è quasi nessuna probabilità per un turista, anche italiano, di accorgersi della sua esistenza. A Firenze, ha trovato luoghi di rifugio lontano dal Duomo, in umili sale dei quartieri periferici. Generalmente sono dentro alcune delle innumerevoli case del popolo che continuano ad assumere un ruolo sociale e culturale centrale nella vita dei cittadini. Ci vuole attenzione e fortuna per trovare affissi alcuni modesti... [Lire la suite]
Posté par tavan à 12:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

24 mars 2008

Rodomontades francophones

J’ai trouvé l’autre jour un exemplaire du Figaro abandonné dans un hall d’aérogare. J’étais tellement désœuvré que je me suis même mis à le lire. Ce manque d’entrain trahit, je l’avoue, de tenaces préjugés… La page Débats, ce mercredi 19 mars, était consacrée à la langue française. Le moins que l’on puisse dire, c’est que mes préjugés s’en sont trouvés confortés, voire accrus. D’abord je n’ai pas compris où se situait le « débat », car si les deux interventions exprimaient des positions différentes, nul différend ne les ... [Lire la suite]
10 mars 2008

Parle comme il faut !

Lu un bref, mais très intéressant article de David Grosclaude publié en occitan dans la Setmana n° 650 (14.02.08/ 20.02.08), sous le titre : Parla coma cal ! Je me permets d’en donner une traduction française, car il me semble contribuer à la discussion que j’essaie ici d’animer sur la question des accents (voir les messages intitulés Accent local et Suivez l’accent francophone. Un projet d’André Minvielle).           Parle comme il faut !        C’était un soir comme les autres... [Lire la suite]
Posté par tavan à 14:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 mars 2008

Comédies et comiques toscans

 Le théâtre populaire amateur en langue toscane (le cosidetto « vernacolo ») est d’une grande vitalité, même s’il n’y a à peu près aucune chance pour qu’un touriste, fût-il parfaitement italophone, se rende compte de son existence. A Florence, il a trouvé refuge loin du Dôme, dans de modestes salles de quartiers périphériques. Elles appartiennent à quelques unes des innombrables case del popolo qui continuent à assumer un rôle culturel et social absolument central dans la vie des habitants. Tout plus, en cherchant bien,... [Lire la suite]